Aïe… picotements, brûlures, puis douleur indescriptible…

L’infection urinaire, ou cystite, est extrêmement désagréable.

Souvent d’origine bactérienne, elle est due à la bactérie E. Coli. Des examens peuvent être effectués pour rechercher sa présence dans les urines et orienter le traitement.

Comment soulager ces brûlures au plus vite, naturellement?

Comment éviter la récidive?

Les femmes plus touchées que les hommes

L’anatomie de l’urètre étant différente pour les deux sexes, les femmes sont d’avantage sujettes à cette pénible épreuve. La tentation est grande de prendre rapidement des antibiotiques pour soulager au plus vite. Mais le problème des antibiotiques est qu’ils endommagent la flore intestinale au risque d’entraîner d’autres problèmes tels que mycose vaginale, candidose intestinale, douleurs abdominales … et les infections urinaires sont plus fréquentes chez les sujets à la flore intestinale déja appauvrie…

 

Une infection à ne pas prendre à la légère

Mal soignée, une infection urinaire peut remonter l’urètre puis l’uretère et provoquer une pyléonephrite, soit une inflammation rénale: si l’infection est accompagne de fièvre, consultez sans attendre un médecin.

 

Les causes possibles et les gestes au quotidien pour réduire les risques:

-Hygiène intime: apprendre dès le plus jeune âge à s’essuyer d’avant en arrière pour éviter la contamination de l’appareil uro génital par les bactéries fécales

-Ne pas sur-nettoyer avec des produits d’hygiène trop agressifs, la flore n’est pas faite pour être décapée! De même pour l’épilation intégrale:beaucoup de gynécologues mettent en garde sur l épilation totale et les risques de mycoses à répétition…

-Uriner systématiquement après un rapport sexuel et éviter les frottements répétés pouvant créer une inflammation. Et surtout ne jamais passer d’une pénétration anale à une pénétration vaginale…pardon pour les détails mais cette information est trop peu donnée, tabou oblige. Les bactéries fécales n’ont rien à faire dans la flore vaginale!

-Prendre soin de sa flore intestinale : acidité de l’organisme, mauvaise alimentation et prise d’antibiotiques créent un déséquilibre de la flore. Une alimentation saine, composée d’aliments frais et variés ainsi qu’une prise ponctuelle de probiotiques soutiennent la flore. Pensez à prendre des probiotiques à chaque fois que vous devez être sous antibiotiques.

-Combinaisons alimentaires à éviter: Café +lait+jus d’orange: destruction massive de l’orgaanime, et ce dès le matin. Petit déjeuner européen classique, il n’en est pas sain pour autant! Préférez le lait végétal dans votre café et les fruits acides à part (ou le café seul plus tard…)

-Autre cause possible: le psychosomatique. Bien qu’il soit difficile d’isoler une cause,  quand plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une infection, il est parfois retrouvé une notion de territoire, de conflit entre son corps et celui d’autrui, dans la problématique d’un sujet aux infections chroniques …

– En médecine traditionnelle chinoise, le rein et la vessie sont liés à l’élément eau, au froid, à l’hiver, à la peur, à l’adaptation. Un vide de yin du rein, un manque d’adaptation au climat ou à une situation, un stress répété peuvent « fragiliser » le couple rein/vessie et entraîner des pathologies telles que par exemple l’infection urinaire. Le traitement en énergétique sera de remonter le rein, redonner a la vessie son rôle de potentialisation, relancer la voie des eaux et chasser le feu, le froid ou l’humidité selon le bilan énergétique.

 

Trop tard, elle est installée !

L’infection est là, ça brûle, ça pique, on a envie de passer son temps sur les toilettes à attendre de pouvoir uriner… quelques astuces permettent de stopper la prolifération des bactéries.

-Huile essentielle de Sarriette

Interdite à la femme enceinte et allaitante, aux insuffisants rénaux, hépatiques, et sujets à l’hypertension. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin. 1 goutte dans 1 cuiller à café d’huile de noix de coco,3 fois par jour pendant trois jours.

-Le D-mannose

Le d-mannose est un

 

sucre sur lequel la bactérie va s’accrocher pour être éliminée dans l ‘urine. Posologie selon la marque et le laboratoire.`

-La canneberge

Les jus sucrés que l’on trouve dans le commerce vous aideront peu, les concentrés en sachets disponibles en pharmacie seront largement préférés.

-Boire suffisamment pour éliminer la bactérie, mais en petites quantités dans la journée. Se taper 2 litres en une heure va fatiguer davantage les reins et la vessie qui sont déjà en situation délicate! Veillez à boire suffisamment, entre 1,8 et 2,5 litres mais tout au long de la journée.

 

Si vous ne constatez aucune amélioration en deux jours, consultez un médecin.

 

 

Helene Raymond

Thérapie Manuelle Chinoise-Digipuncture

Nutrition

Diplômée SFERE

06 64 54 29 99